Economie

Identification

4 avril 2017

DOSSIER SPÉCIAL - Marchés
DOSSIER SPÉCIAL - Marchés publics dans les Alpes Maritimes
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Parce qu’il s’agit d’un marché important pour leurs activités, les entreprises ne doivent rien manquer des appels d’offres lancés par les collectivités et autres établissements publics. Mairies, conseils départementaux et régionaux, communautés de communes et d’agglo, hôpitaux... tous font régulièrement appel au privé pour leurs aménagements, travaux, entretien.
Dans ce dossier, les chefs d’entreprises trouveront des informations fiables pour orienter leurs activités, et les élus des comparatifs utiles au moment de lancer de nouveaux appels d’offres.

Commandes publiques : la fin d’un long trou d’air


Après le trou d’air provoqué par la crise de 2008/2009, qui a fait reculer d’un tiers le volume des commandes publiques dans les Alpes-Maritimes, l’année 2015 a marqué un net redécollage de celles-ci. Les collectivités ont réussi à absorber la baisse de leurs recettes (DGF et droits de mutations notamment) pour enfin relancer la machine. Cette parenthèse de vaches maigres semble toucher à sa fin - soyons prudents - puisque les budgets de travaux publics ont retrouvé de l’air (+14%), mais dans notre département seulement, les autres départements de PACA étant encore en "austérité".
"Pour les collectivités territoriales, la commande publique dans le secteur du bâtiment devrait être stable en 2016/2017" note le comité de suivi de la commande publique dans son dernier rapport.
Les TP bénéficient ainsi dans les AM de l’effet chantier de la ligne 2 du tramway à Nice et d’un volume de commandes important du
Département (entretien des routes).
En revanche, la part de l’État marque encore le pas avec la fin des grandes opérations sur le réseau SNCF dans le secteur d’Antibes. De leur côté, les bailleurs sociaux continuent leurs efforts d’investissements et le Comité de suivi s’attend à une hausse des commandes cette année encore.
Il est vrai que le retard à rattraper est immense et de nature, à lui seul, fournir des années de chantiers...
Les projets de TP déjà lancés en 2016 (environ 110 opérations dans le 06) devraient générer des travaux jusqu’en 2018. 65% du volume est porté par les collectivités locales (95 M€), 22% par les constructeurs sociaux (32 M€) et 13% par l’État et les grandes entreprises (19M€).

Département des Alpes-Maritimes : haut niveau d’investissements maintenu en 2017

Avec un budget primitif de 1,4 milliard d’euros cette année, dont 220 M€ d’investissements, le Département des Alpes-Maritimes est l’un des principaux donneurs d’ordres de notre territoire. Santé, éducation, sécurité des populations, routes... ses domaines d’action sont très larges. Pour les constructions de nouveaux équipements, pour leur rénovation et entretien, il sollicite régulièrement les entreprises par le biais des appels d’offres publiés dans ces colonnes.
"Nous avons augmenté cette année notre niveau d’investissement dans le cadre du plan de relance afin d’accélérer les grands aménagements et de renforcer la solidarité territoriale" commente Éric Ciotti. Un budget qu’il a fait adopter alors que l’État se désengageait de - 42 M€ pour 2017. " Bien qu’il fasse peser sur les collectivités locales des efforts financiers toujours plus importants, nous avons poursuivi notre stratégie fondée sur une stabilité de la fiscalité locale en maîtrisant nos dépenses de fonctionnement" précisait le président du Conseil départemental le jour du vote.

Pour les "infrastructures", 47 M€ d’investissements sont mis en œuvre cette année. Les routes en seront bénéficiaires avec la poursuite de la suppression des "points noirs" sur la RD 6107 (déviation de Vallauris) et de la RD 6185 pour la poursuite des études et procédures de l’échangeur de la Paoûte à Grasse, ce dernier programme se voyant octroyer 10 M€. D’autres aménagements routiers seront conduits au travers des A-M pour favoriser l’accès aux zones à vocation économique, touristique et d’enseignement, ainsi qu’à l’entretien des 1 707 kilomètres de routes départementales, de 92 tunnels et 996 ponts (14 M€ inscrits). D’autres opérations spécifiques concernent le tunnel de Tende, la protection acoustique le long des voies de circulation, etc.
Le Conseil départemental a également voté une "aide à la pierre" de 9 M€, de 15 M€ d’investissements dans les ports, Et surtout, au titre de la solidarité territoriale, une enveloppe de 105 M€ est prévue pour aider les communes à investir dans leurs travaux.
L’éducation absorbe également une part significative de l’investissement. Cette année, les principales opérations concernent la restructuration de la cuisine du collège L’Eganaude à Biot, le gymnase du collège Picasso à Vallauris, la prise en compte du risque inondation au collège Saint- Blaise à Saint-Sauvent sur Tinée, etc.

MÉTROPOLE NICE CÔTE D’AZUR : 381 M€ injectés dans l’économie

"Le développement économique du territoire, à travers de nombreuses actions concrètes et des investissements conséquents, est la première des priorités". En présentant le budget de la Métropole, Christian Estrosi a aussi détaillé les actions qui seront menées cette année dans les 49 communes de cette entité. Un poids lourd pour les appels d’offres, avec la Ville de Nice, également grande donneuse d’ordres pour les entreprises azuréennes.
Ainsi, la Métropole va t-elle consacrer 17,3 M€ au logement, avec la construction sur son territoire de 1 500 appartements locatifs et de 80 en accession sociale, et engager des travaux pour lutter contre la précarité énergétique dans l’habitat ancien. Toujours dans ce même chapitre, le contrat de ville et le renouvellement urbain vont absorber 10 M€ d’investissements.
La voirie (90 M€) et ses 2 400 kilomètres de routes à entretenir constitue un poste d’investissement important (7M€ seront consacrés à de nouveaux aménagements sur les zones économiques de Cagnes, Cannes et Saint-Laurent du Var). Ainsi que les transports, avec la construction des lignes 2 et 3 du tramway, mais aussi la modernisation du parc des bus, le développement des autos et vélos bleus, etc.
Pas de hausse de la fiscalité
Ces investissements XXL (soit 381 M€ tous budgets confondus) sont financés sans alourdissement de la fiscalité locale.
"Nous comptons sur le dynamisme de nos bases fiscales, qui témoigne du dynamisme de notre territoire, plutôt que sur le levier fiscal" précise le président de la Métropole.
Le développement durable n’est pas oublié avec 75 M€ de dépenses programmées en 2017, dont 29 M€ pour l’assainissement, 7 M€ pour les réseaux potables et pluviaux. Mais, surtout, 64 M€ consacrés à l’élimination des déchets.
Enfin, la solidarité territoriale va s’exprimer avec une enveloppe globale de 12 M€ qui permettra aux plus petites communes de la Métropole de poursuivre l’amélioration de leurs équipements. Quant à la Région, elle finance une vingtaine de projets métropolitains pour 50 M€ (par exemple la piste cyclable de la Promenade des Anglais). Autant d’opportunités à saisir pour les entreprises.

Les grandes opérations sur le 06

JPEG - 139.8 ko
Quartier Nice-Méridia Nice est un gros pourvoyeur de marchés. ( Photo JMC)

En cours de réalisation ou venant d’être achevées, voici les principales opérations menées dans le département.
Dans le bâtiment
- Nice (Métropole) : aménagement des stations enterrées du tram (14 M€, second œuvre).
- Nice (Ville) : équipements de Nice-Méridia (32,7 M€).
- Cagnes (Région) : réhabilitation lycée Renoir (10M€).
- Saint Martin-du-Var (Département) : collège Bréa ( (4,8 M€).
- Beaulieu (Département), gymnase du collège Cocteau (4,8M€)

Dans les travaux publics
- La Métropole porte 56% de la commande publique avec
130 M€ d’investissements (voie ferrée, génie civil, etc.).
- Ville de Nice : réaménagement du parc de la colline du château (13,5 M€).
- Département : travaux anti- inondations du Var, renforcement des digues : 40 M€.
- 35% de la commande publique concernent l’eau et l’assainissement.

L’État investit
- L’État intervient sur l’EPA Eco-Vallée pour 6 M€, et sur le confortement de la falaise dominant le CHU (9 M€). Il est présent sur une soixantaine de projets, dont sept structurants à moyen terme et qui pèsent
20 M€.

Les bailleurs sociaux
Sont présents dans six grands projets (Nice les Moulins, Saint Jean d’Angély, avenue de la Californie) pour 32 M€, dont la moitié du volume réalisé en neuf.

LES CHIFFRES


- 10 Md€ le chiffre d’affaires PACA du bâtiment, dont 20 à 30% de commande publique.
- 3,5 Md€ le chiffre d’affaires PACA des Travaux Publics.
- 517 M€ le montant des investissements en travaux publics dans les Alpes-Maritimes (2015).
- 36% de baisse de commandes de travaux publics ces six dernières années sur le 06.
- 19 collectivités (Département, Métropole, Communautés d’agglo et Communes de + 10 000 habitants) représentent 75% des commandes publiques dans les TP.
- 43% le taux de renouvellement (nouvelles opérations) dans le bâtiment.
- 22 000 emplois dans la construction, contre 25 000 en 2010. Stabilisation de l’intérim avec 1 500 postes environ.
- 7 500 le nombre de demandes d’emplois dans la construction.

JPEG - 296.1 ko
Travaux ligne 2 du tramway aux Moulins à Nice : un des grands chantiers actuellement en cours. (photo JMC)