Vie locale

Identification

13 janvier 2020

Le gouvernement français
profil
proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et M. Franck Riester, ministre de la Culture, ont annoncé la candidature de « Nice, capitale du tourisme de riviera » à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette décision du Gouvernement valide la phase nationale de cette candidature engagée dès 2012, et pilotée par Jean-Jacques Aillagon.
Prochaine étape ? Le Comité du Patrimoine Mondial lors de sa session plénière de juillet 2021, se prononcera sur cette candidature après son instruction par les experts de l’ICOMOS.

C’est à Nice qu’est apparu, à la fin du XVIIIe siècle, un nouveau type d’urbanisme destiné à la villégiature d’hiver, puis, dans un second temps, au tourisme d’été. Sur un site exceptionnel, entre mer et montagne, s’est constituée, à partir d’un noyau urbain préexistant, une ville nouvelle et cosmopolite dont le développement a été, entre 1760 et 1960, déterminé par la fonction de villégiature.

À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, le succès international de Nice a inspiré l’aménagement d’établissements similaires le long des côtes présentant des caractéristiques de relief et de climat comparables. Nice, en raison de son échelle urbaine et de la diversité des strates de patrimoine qu’elle comporte, constitue le modèle de référence de ville de riviera.

« Avec la candidature de Nice, capitale du tourisme de riviera, c’est le modèle de développement culturel, patrimonial et touristique de la France qui est ainsi mis en valeur. L’inscription de Nice au patrimoine mondial de l’UNESCO renforcera l’attractivité et le rayonnement culturel de tous les territoires français  » a déclaré Jean-Yves Le Drian.

« Le dossier de Nice, que nous avons décidé de défendre cette année, est profondément original. Il s’agit de reconnaître la valeur patrimoniale d’un type d’urbanisme inédit : cosmopolite et orienté vers les loisirs. Ce qui s’est joué à Nice à partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est l’invention d’une part importante de notre modernité  » a déclaré Franck Riester.

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

« Je me réjouis de l’honneur qui nous est fait par le Gouvernement français de retenir la candidature de "Nice, capitale du tourisme de Riviera" à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial pour la présenter à l’UNESCO. Je tiens à exprimer toute ma gratitude au Président de la République Emmanuel Macron qui, par ce choix, accorde à Nice une reconnaissance de la qualité du dossier porté par notre ville. (...) L’objet de la candidature est, rappelons-le, l’ensemble urbain de près de 600 hectares constitué, de 1760 à nos jours, par deux siècles et demi d’activité touristique et par le rôle exclusif que celle-ci a joué dans le développement urbain de Nice.
Cet ensemble se caractérise par son urbanisme régulé, ses espaces verts plantés d’essences exotiques, ses promenades au premier rang desquelles l’emblématique Promenade des Anglais, son patrimoine de villégiature, reflet d’apports venus du monde entier, avec ses villas, ses hôtels, ses palaces, ses « palais », ses immeubles d’agrément, ainsi que ses lieux de cultes et de sociabilité.
Le tourisme, phénomène majeur du monde contemporain et dont les excès sont parfois déplorés, a également été propice à la création d’un patrimoine original, porteur d’une valeur universelle exceptionnelle. Nice en témoigne.
 »

Visuel de Une DR

deconnecte