Vie locale

Identification

21 avril 2017

Vie locale Infos régionales

Cannes : résolument cinéphile !

Cannes : résolument (...)
profil
Caroline Boudet-Lefort
Les Petites Affiches

La liste des films de la compétition du 70ème Festival de Cannes a été dévoilée le 13 avril par Thierry Frémaux, délégué général de la manifestation de cinéma la plus attendue dans le monde et qui se déroulera du 17 au 28 mai. Le cru de cette année semble intrigant et cinéphile avec de grands auteurs comme Andrei Zvyagintsev, Jacques Doillon, Michael Haneke, Todd Haynes, François Ozon, Sofia Coppola, Sergei Loznitsa... Pour retenir 49 films en sélection officielle (18 en compétition, 16 dans la section "Un Certain Regard" et les autres en séances spéciales), le comité de sélection en a visionné 1 930 ! De plus en plus chaque année !

Le long-métrage d’Arnaud Desplechin, Les Fantômes d’Ismaël, ouvrira le bal (Hors compétition) avec une belle brochette de stars pour la célèbre montée des marches : Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg, Mathieu Amalric et Louis Garrel.

Quatre films français sont en lice pour la palme suprême. Robin Campillo (Les Revenants, Eastern Boys) est à Cannes pour la première fois avec 120 Battements par minute, chronique des années Act Up. Absent de longue date, Jacques Doillon présente Rodin avec Vincent Lindon dans le rôle-titre. L’amant double de François Ozon est un thriller érotique sur une jeune femme dépressive (Marine Vacth) qui tombe amoureuse de son psy (Jérémie Renier). Enfin, Le Redoutable de Michel Hazanavicius est l’adaptation du livre "Un an après" d’Anne Wiazemsky, sur sa relation avec Jean-Luc Godard : un Louis Garrel méconnaissable interprète le célèbre réalisateur.
Film centré sur une famille bourgeoise du Nord de la France nullement préoccupée par la misère de migrants à proximité d’eux, Happy End, interprété par Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant, pourrait rapporter une troisième palme à Michael Haneke. Après Don Siegel (en 1971, avec Clint Eastwood), Sofia Coppola s’est lancé dans une nouvelle adaptation du roman de Thomas Cullinan Les Proies qui réunit Kirsten Dunst, Elle
Fanning, Nicole Kidman et Colin Farell. Nicole Kidman est également sur les rangs pour le prix d’interprétation dans La Mise à mort du cerf sacré, inspiré d’une tragédie d’Euripide par le Grec Yorgos Lanthimos (The Lobster). Noah Baumbach fait son entrée officielle en compét’ avec une fable familiale The Meyerowitz Stories (Dustin Hoffman, Ben Stiller et Emma Thompson). D’une folle ambition, Wonderstruck est l’adaptation par Todd Haynes d’un livre pour la jeunesse : une surprise dans sa filmographie et donc une attente majeure (Julianne Moore et Michelle Williams).
Les frères du cinéma indépendant new-yorkais, Benny et Josh Safdie, ont réalisé Good Time, une histoire de braquage avec Robert Pattinson. Interprété par Joachin Phoenix, You Were Never Really Here est la deuxième participation (We need to talk about Kevin) de la Britannique Lynne Ramsay qui aime les intrigues qui mettent mal à l’aise. In The Fade du germano-turc Fatih Akin, avec Diane Kruger.
Les prétendants à la Palme peuvent craindre les films venus des pays de l’Est. Une femme douce est un drame kafkaïen réalisé par l’Ukrainien Sergei
Loznitsa, (déjà en compétition à Cannes en 2012 avec Dans la brume) Après Léviathan primé il y a deux ans, Andrei
Zvyagintsev revient avec Loveless, où un couple en cours de divorce recherche son fils de 12 ans qui a disparu. Le Hongrois Kornél Mundruczo avait réjoui les festivaliers en 2014 avec White God, il présente cette année Jupiter’s Moon.

Les séries arrivent sur la Croisette

Quelques films asiatiques : The Day After du Coréen du Sud Hong Sang-soo, le plus prolifique réalisateur actuel. Naomi Kawase, une habituée de la compétition (La Forêt de Mogari, Still The water) a réalisé Hikari, ce qui signifie "lumière". Okja est un film américano-sud-coréen d’aventures fantastiques de Bong Joon-Ho (The Host, Snowpiercer) avec Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal.
Aucun premier film pour la course à la Palme d’or. Par contre, dans la section Un Certain Regard, il y en a une ribambelle qui s’ajoute à des noms célèbres comme Laurent Cantet (déjà palmé pour Entre les murs),
Kiyoshi Kurosawa, Michel Franco...
Mettant cette fois sa casquette de réalisateur, Mathieu Amalric fera l’ouverture avec Barbara, un biopic de la chanteuse qu’interprète Jeanne
Balibar.
Très attendus, les films de George Clooney (Suburbicon) et de Roman Polanski (D’après une histoire vraie, adaptation du roman de Delphine de Vigan) ne sont pas prêts, mais une sélection de dernière minute est encore possible.
Prouvant que le festival de Cannes est un "véritable laboratoire" (dixit Thierry Frémaux), les séries télé arrivent sur la Croisette et donnent des nouvelles de grands noms : David Lynch avec deux nouveaux épisodes de "Twin Peaks" et Jane Campion avec l’intégrale de la seconde saison de "Top of the Lake". De plus, une grande première : un film de 7 minutes d’Alejandro G. Inarritu en réalité virtuelle.
Présidé par Pedro Almodovar, qui prend déjà son rôle très au sérieux, le Jury sera composé à parité d’hommes et de femmes, parmi lesquels Jessica Chastain. Tandis que la belle Monica Bellucci sera la maîtresse de cérémonie.
Entre l’élection présidentielle et les législatives, ce 70ème Festival sera un entracte bienvenu !

Caroline BOUDET-LEFORT

Photo de Une : Thierry Frémaux, délégué général et Pierre Lescure président du Festival, lors de la conférence de presse, devant l’affiche flamboyante du 70e Festival de Cannes ! © Olivier Vigerie / FDC