Droit

Identification

12 février 2019

Faut-il craindre pour
profil
Proposé par Valérie Noriega
Les Petites Affiches

L’association Nouv’Elles organise une conférence débat le Mercredi 27 février 2019 à 18h30 à l’IPAG Nice sur le thème " Faut-il craindre pour nos démocraties en Europe ?". Conférence-débat de Pinar Sélek, animée par Laurence Dionigi

Le concept de démocratie, aujourd’hui, est souvent associé aux institutions européennes. Pourtant l’Europe recouvre des réalités diverses et façonnées par les crises économiques, sociales et politiques au niveau transnational.

Cette conférence propose une réflexion sur la question de la démocratie dans le contexte européen.

Il s’agira d’abord d’un questionnement sur les liens entre l’espace public, la construction de l’opinion publique et la participation politique. Nous décrirons également le rôle du champ médiatique dans la construction de l’espace public et la production des problèmes publics sans oublier l’internet et la révolution médiatique.
Nous allons ensuite de réfléchir en termes de mondialisation et de mobilité pour comprendre les nouveaux enjeux de l’injustice et de l’inégalité. Est-ce que les frontières ont disparu ? Ou bien, peut-on parler de nouvelles frontières sociales et territoriales ? Comment comprendre les interventions provenant des mouvements sociaux ? Peut-on imaginer une mondialisation par le bas sorte de démocratie transnationale ?

Pinar Selek est née le 8 octobre1971 à Istanbul. Maitresse de Conférence associée, en Science politique à l’Université Nice Sophia Antipolis (UNS).

Membre d’URMIS Nice (UMR 8245, UNS). Docteure en science politique de l’Université de Strasbourg, docteure honoris causa de l’ENS de Lyon. Elle poursuit ses recherches sur les mouvements sociaux transnationaux dans différents contextes. Co-responsable de l’Observatoire des Migrations dans les Alpes Maritimes, projet collectif et interdisciplinaire de chercheurs qui ont en commun de travailler sur les questions de migrations dans le territoire frontalier des Alpes-Maritimes. Elle est également écrivaine et militante féministe.

Pour s’inscrire, c’est par ici.

Entrée libre pour les adhérent.tes Nouv’Elles et les étudiants.tes de l’IPAG – Participation de 10 euros pour les non-adhérents.tes.

Toutes photos de l’article (DR et courtesy Nouv’Elles)

deconnecte