Economie

Identification

16 avril 2018

ORIENTATIONS IMMOBILIÈRES
profil
Dominique Ruffat
Les Petites Affiches

Vitrine et baromètre des tendances du marché de l’immobilier mondial, la 29 ème édition cannoise du MIPIM, salon international de l’immobilier professionnel a confirmé la bonne santé du secteur du bâtiment qui voit fleurir sur les 5 continents des projets urbains durables audacieux et connectés.

>> Paris lance le plus grand concours d’architecture en Europe

PNG - 259.8 ko
Tour Luxigon (DR)

Lancé il y a un an, le concours "Inventons la Métropole du Grand Paris" s’est imposé comme la plus grande consultation d’Europe en aménagement, urbanisme et architecture et a suscité une immense mobilisation. Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, a profité du MIPIM pour lancer la seconde édition de cet ambitieux appel à projets. Il a révélé la liste des 43 sites candidats répartis sur trente villes d’Ile-de-France. Le concours sera cette année centré sur la thématique "Refaire la ville sur la ville". Les projets devront valoriser les usages, le logement intelligent, la transition énergétique, la nature en ville, la revitalisation des centres-villes et le numérique. Mais Paris se mobilise aussi pour les JO de 2024 (nouveau projet de centre aquatique) et les projets d’infrastructures du Grand Paris Express.

Parmi eux les Tours Hermitage Plaza dessinées par Sir Norman Foster. Culminant à 320 mètres, elles ont l’ambition de devenir le plus haut immeuble jamais construit en Europe occidentale et accueilleront appartements, penthouses, hôtel de luxe de cinq étoiles, restaurants, bars, le premier centre de thalasso panoramique en France, bureaux, et équipements culturels... Parmi ces édifices vertigineux, citons également, la tour verte Luxigon (photo ci contre) (180 mètres de hauteur) conçue par l’agence SOM, signal emblématique du vaste programme de réaménagement urbain du site Charenton-Bercy (12 hectares dont plus de 359 000 m2 de constructibilité totale), remporté par le groupe Bouygues Immobilier mi-mars. Le projet mixte intégrera à terme des logements (près de 1000), des résidences (étudiantes, seniors, hôtelières, jeunes actifs et co-living), un cluster des Univers virtuels, un quartier durable bas carbone, des équipements publics, bureaux et commerces. Plus spécifiquement, la tour (d’une surface totale de 51 000 m2), sera agrémentée de 5000 m2 d’espaces verts intérieurs, elle abritera des commerces (2000 m2), des logements en accession libre (26 000 m2), un hôtel et une résidence hôtelière (23 000 m2).

>> Des tours végétales et des éco-cités au programme des métropoles françaises

Les tours s’imposent décidément partout dans l’hexagone avec un objectif commun : allier numérique et verdure. Située à proximité immédiate de la gare Matabiau, la tour "Occitanie" à Toulouse (photo ci-dessous), surplombera la ville rose à 150 mètres de hauteur. Ses façades en verre s’enrouleront en spirale autour d’un ruban de jardins verticaux sur 40 étages. Ce programme urbain ambitieux livré en 2021-2022, abritera 11.000 m² de bureaux, 100 à 120 logements, un restaurant-bar panoramique ainsi qu’un hôtel Hilton et 2.000 m² de commerce et des locaux SNCF dans le socle du bâtiment.

PNG - 1.5 Mo
Toulouse prend de la hauteur avec la tour Occitanie (DR)

Au travers de son projet Cité intelligente, Montpellier déploie, de son côté, des services dans la mobilité, la gestion des risques, la santé au sein du quartier Eurêka et l’énergie sur l’îlot de la Mantilla, un programme de 33 000 m2 qui va permettre aux résidents grâce à un système d’échanges de données numériques de piloter leur consommation énergétique à distance fournie par une centrale à bois.
Bordeaux met l’accent sur les nouvelles économies culturelles et les avancées digitales dans l’écrit et l’art avec sa Maison de l’économie créative et de la culture en Aquitaine (MECA) implantée au cœur du quartier
Euratlantique, au bord de la Garonne. Les architectes BIG (Bjarke Ingels, Copenhague) se sont associés à Freaks (Paris) pour dessiner cet édifice en forme d’arche de 37 mètres de haut et de 120 mètres de long, soit 14.000 m² avec pour ambition zéro empreinte carbone. Les vastes quais environnants pourront également accueillir des événements et festivals de plein air.
Dans la même mouvance environnementale, Lyon mise avec le projet « Carré de Soie » (environ 200 000 m2 de superficie), à l’est de son territoire, sur une cité verdoyante avec des écoquartiers mixtes accueillant logements, équipement culturels, offre loisirs et multimédia inédite, espaces publics et bureaux au cœur de la ZAC Villeurbanne la Soie. Ce nouveau territoire d’innovations qui rend hommage à un savoir-faire et à une aventure industrielle exceptionnelle a pour vocation de devenir le 4ème pôle tertiaire de Lyon.

JPEG - 160.6 ko
Le projet Méca à Bordeaux dont les travaux sont bien avancés (DR)

>> DES PROJETS URBAINS AMBITIEUX À L’INTERNATIONAL

De nombreuses initiatives seront présentées dans la zone d’exposition et débattues lors du nouveau MIPIM Sustainability Summit. « Aujourd’hui, le développement durable dans l’immobilier n’est plus une option mais la norme, appuie Ronan Vaspart, directeur du MIPIM. Au-delà des immeubles intelligents, il convient désormais d’intégrer la notion de durabilité dans l’urbanisme et de déployer des stratégies pérennes. »

Anticipant l’explosion de la demande immobilière sur le continent africain qui contribuera à la moitié de la croissance démographique mondiale d’ici 2050, Le MIPIM proposera cette année un nouveau rendez-vous : l’Africa Forum. De nouveaux venus s’illustrent avec des projets urbains mixtes environnementaux (L’Islande, le Brésil, la République dominicaine, le Kénya). Le Québec a fait cette année une entrée remarquée avec plusieurs projets dont celui de 1.400 logements locatifs et appartements en copropriété dans six tours au design innovant au sein du quartier historique de l’Hôpital pour enfants de Montréal connectées à travers le pays.

Le Vietnam nous invite à un voyage ludique et onirique avec son projet
awardisé Mui Dinh Ecopark centré sur l’hôtellerie et bordant son littoral à l’est du territoire. Le site propose 7.000 lits répartis entre six complexes et une boutique-hôtel, et 500 villas donnant sur l’océan. Les résidents auront accès à un parc d’attractions, un casino, un Beach Club et un Mountain Clubhouse. Le projet écologique le plus innovant est incontestablement celui de Marina One à Singapour, un gratte-ciel de 225 mètres livré en 2017 surnommé "le cœur vert », dessiné par le cabinet Ingenhoven Architects. Complétant un ensemble de quatre gratte-ciels de 30 à 34 étages, le bâtiment est recouvert de jardins verticaux. Les vitres choisies réduisent quant à elles le rayonnement solaire direct dans les bâtiments. Un grand parc, qui compte non seulement des plantes et des arbres, mais aussi des chutes et des piscines, se retrouve au centre des quatre tours.

Dubaï de son côté envisage l’implantation d’une tour de 52 étages au cœur de Palm Jumeirah, l’archipel artificiel en forme de palmier. La Palm Tower (photo ci-contre) comprendra 432 résidences de luxe et un hôtel cinq étoiles de 290 chambres, que complète un vaste choix d’espaces de restauration et de loisirs. À Hambourg, dans le quartier HafenCity, le promoteur LIP construit actuellement deux tours voisines sur pilotis imaginées par Karla Kowalski. D’une surface totale de 13.500 m², ces deux édifices "les pieds dans l’eau" compteront 114 appartements répartis sur 15 et 13 étages respectivement, avec des panoramas imprenables sur la ville et le port avec un restaurant haut de gamme au rez-de-chaussée. Ce projet durable qui vise l’écolabel platinum comprendra également une partie bâtie sur terre : trois immeubles résidentiels de 42 appartements sur sept étages et une résidence médicalisée de 40 unités résidentielles.

JPEG - 155.2 ko
La Palm Tower à Dubai (DR)

Voguant entre ciel et terre, ultra-connectés et transformés en serres végétales, les bâtiments urbains, tertiaires et résidentiels, transfigurent nos villes en futures cités-jardins vivantes, innovantes et autonomes.

Reportage au MIPIM pour Les Petites Affiches Dominique RUFFAT
Lire la première partie sur le bâtiment connecté en cliquant ici

Visuel de Une : Marina One à Singapour (DR)

deconnecte