Economie

Identification

12 mars 2019

UIMM : l'industrie (...)
UIMM : l'industrie du futur... dès à présent
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Le bouillonnant président de l’UIMM 06 n’est pas du genre à regarder partir la fusée en restant simple spectateur sur le pas de tir. Au contraire, bien installé aux commandes de l’UIMM, Daniel Sfecci pilote le syndicat des métiers industriels et de la métallurgie pour placer sur orbite les deux cents entreprises adhérentes qui représentent près de 10 000 emplois dans les Alpes-Maritimes. Cap sur l’avenir, en appuyant à fond sur le champignon !

Car avec le numérique, l’intelligence artificielle, la robotisation... il y a une fenêtre de tir à ne pas manquer pour les entreprises azuréennes. Lesquelles ont globalement retrouvé des couleurs ces deux dernières années, même si la situation est loin d’être simple.

Relancer l’investissement

Les principaux points soulevés lors de l’AG du syndicat furent l’emploi et la difficulté d’attirer des candidats vers les filières industrielles qui, pourtant, recrutent et avec un bon niveau de salaire. L’UIMM va donc renforcer sa présence auprès des jeunes en liaison avec le rectorat pour mieux faire connaître ses métiers. Une préoccupation qui sera aussi approchée par le développement de l’apprentissage, un des "dadas" du président Sfecci.
L’actualité sociale et politique a aussi été abordée : le SMIC, la durée du travail n’ont pas été modifiés ce qui réjouit le syndicat patronal, tandis que la disparition de l’ISF transformée en IFI ciblant l’immobilier "démontre la volonté du gouvernement de relancer l’investissement, ce qui va dans le bon sens".

En revanche, les négociations sur les indemnités du chômage ayant capoté entre les partenaires sociaux, cette question devient une préoccupation pour les entreprises. Patate chaude !

JPEG - 153.5 ko
Areco, Electronie et Aqua Lung : les trois sociétés ont été récompensées par le dispositif RUE (DR JMC)

Concernant les gilets jaunes, Daniel Sfecci a reconnu que des revendications exprimées sont légitimes, mais qu’il faut se concentrer sur les fondamentaux que sont l’emploi et les investissements qui permettront demain à la machine de tourner, la réindustrialisation du pays devant être une priorité pour assurer du travail aux générations futures.
Industria, speed meetings business, Entreprenariales, semaine école/entreprises, assistance juridique aux adhérents : l’UIMM n’a pas chômé l’an passé. Et Daniel Sfecci vient d’allumer les boosters pour 2019...

Ont assisté à cette AG : Christian Tordo, élu métropolitain ; le député Cédric Roussel ; Jean-Pierre Savarino, président de la CCI ; Bernard Asso, conseiller départemental ; et Mme Françoise Taheri, secrétaire générale de la préfecture, dont la présence - première participation d’un représentant de l’État aux travaux de l’UIMM - a été très appréciée par les entrepreneurs.

JPEG - 118.8 ko
Philippe Darmayan, président national de l’UIMM. (DR JMC)

"Des opportunités de nouveaux marchés pour les entreprises"

Philippe Darmayan, président national de l’UIMM, a expliqué que la situation actuelle du pays est liée au pouvoir d’achat et à la rupture territoriale.
"La crise des gilets jaunes ne traduit pas un conflit qui viendrait des entreprises, mais les entreprises sont une partie de la solution. Aujourd’hui, la création de richesses en France est insuffisante pour supporter le poids de la politique sociale et pour répondre aux aspirations de consommation" analyse t-il. "Nous avons la chance de commencer l’ère de l’industrie du futur. Le numérique va changer le business model et les PME davantage que les grands groupes ont la flexibilité nécessaire pour réussir cette transformation".
L’industrie du futur, c’est à la fois un produit et un service qui lui est lié, comme par exemple une voiture et du digital embarqué pour une assistance à la conduite. "C’est, pour nos entreprises, une belle opportunité de trouver des marchés supplémentaires".

Areco, Electronie et Aqua Lung récompensées par le dispositif RUE

Créé par Stéphanie Gondier et Laurent Londeix, visant à favoriser l’innovation et le développement, le dispositif RUE a pour but de faciliter une collaboration fructueuse entre les laboratoires publics et les PME-PMI, TPE et startups de Sud-Paca. Trois prix de 10 000€ chacun ont été remis par Stéphanie Gondier à l’occasion de cette AG :
- À "Electronie" (Mouans-Sartoux) pour la gestion des mots de passe avec une sécurité de niveau militaire.
- À "Areco" (Grasse) pour l’utilisation de l’IA afin d’éviter le
gaspillage des produits frais dans les rayons des magasins.
- À "Aqua Lung" (Carros), fabriquant de détendeurs de plongée sous-marine.

Photo de Une : Captain’ Daniel Sfecci entouré de son équipage : parés pour un nouveau décollage. (DR JMC)

deconnecte