Finance

Identification

25 novembre 2019

Intempéries : une envelopp
Intempéries : une enveloppe d'urgence de 7M€ débloquée par le conseil départemental des Alpes-Maritimes
Jean-Michel Chevalier
Les Petites Affiches

Autoroute et voie de chemin de fer coupées, éboulements sur les routes, vagues submersives, trafic aérien interrompu, sirènes pour informer la population de l’alerte rouge : les pluies diluviennes qui ont frappé le sud-est du 22 au 24 novembre ont causé quatre morts dans le département du Var. Deux personnes portées disparues sont encore recherchées par les secours.
Si elles ont causé moins de dégâts matériels et surtout humains que l‘épisode exceptionnel des pluies cévenoles de 2015 (20 morts dans les Alpes-Maritimes), il n’empêche que les patrimoines publics et privés ont été sérieusement atteints.

Les moyens publics comme les entreprises de TP vont être mises à rude épreuve dans les jours et les semaines qui viennent pour les réparations rendues nécessaires sur les routes défoncées ou emportées, pour enlever les roches et les arbres tombés, nettoyer les vallons encombrés de détritus charriés par les flots etc.

Charges-Ange Ginésy, président du conseil départemental 06, vient d’annoncer que la collectivité va débloquer 7 millions d’euros de secours d’urgence pour aider les sinistrés qui ont tout perdu (de 150 à 1 500 euros par dossier) ainsi que pour soutenir les communes et intercommunalités dans l’épreuve. Cette enveloppe sera votée le 13 décembre prochain lors de la prochaine assemblée du conseil départemental.

Le député Eric Ciotti, rapporteur des Finances du CD, a indiqué qu’il va déposer une proposition de loi pour que les travaux d’urgence nécessaires pour prévenir de nouvelles catastrophes relèvent désormais de la seule décision du préfet. «  Il y a dans notre pays un excès de réglementation qui nuit à l’efficacité. Les services de l’Etat ne sont pas toujours d’accord entre eux, un préfet doit pouvoir décider rapidement quand les circonstances l’exigent ».

Le conseil départemental souhaite maintenant que tous les services de secours soient rassemblés dans un souci de cohérence et d’efficacité en un même lieu au centre administratif des Alpes-Maritimes (CADAM) situé à l’ouest de Nice. Une lettre en ce sens a été adressée au préfet.

Les habitants et les professionnels attendent maintenant que l’’état de catastrophe naturelle soit déclaré pour bénéficier des garanties des assurances.

Photo de Une : Les employés communaux et l’entreprise nettoyaient le bord de mer à Cagnes sur Mer. (Photo JMC)

deconnecte