Finance

Identification

2 décembre 2019

Projet de loi de finance
profil
Valérie Noriega
Les Petites Affiches

Le projet de Loi de finances pour 2020 présente de nombreuses mesures fiscales et sociales. Céline D. Bauer, présidente du groupe de travail Ressources humaines d’Absoluce, commente les plus importantes.

La plupart des mesures entreront en vigueur au 1er janvier 2020 après débats à l’Assemblée Nationale et au Sénat cet automne. La Loi de finance initiale sera publiée au Journal officiel après promulgation par Emmanuel Macron au plus tard le 31 décembre 2019.

-  Une des mesures phare du PLF 2020 est une baisse de l’impôt sur le revenu qui doit bénéficier à près de 17 millions de foyers. Cette mesure impacte directement le taux neutre ou le taux non personnalisé du prélèvement à la source en place depuis le 1er janvier 2019, qui sera révisé afin d’appliquer la baisse d’impôts aux contribuables concernés. Pour rappel, le taux neutre ou taux non personnalisé concerne les contribuables qui ont opté pour la confidentialité de leur prélèvement à la source vis-à-vis de leur employeur, ou pour les contribuables inconnus des finances publiques.

- Le dispositif de prime exceptionnelle pour le pouvoir d’achat mis en place par la Loi du 24 décembre 2018 est reconduit par le PLF 2020. Rappelons que cette prime exceptionnelle est exonérée de toutes cotisations sociales et non imposable, dans la limite de 1000 euros par bénéficiaire, et concerne les salariés dont la rémunération est inférieure à 3 fois le SMIC. Selon le PLF 2020, l’exonération sera désormais conditionnée à l’existence ou à la mise en place d’un accord d’intéressement qui pourra exceptionnellement être conclu pour une durée inférieure à 3 ans.

- La prime d’activité sera revalorisée de 0,30 %.

- L’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprises) sera limitée à un an d’exonération sociale pour la création et la reprise d’entreprises à compter du 1er janvier 2020, pour les micro-entreprises (ex auto-entrepreneurs).

Autre disposition concernant l’ACRE : la possibilité de prolonger le bénéfice de l’exonération de 24 mois qui était offerte aux micro BIC et micro BNC sera supprimée.

- Une taxe de 10 euros sur les contrats à durée déterminée d’usage (CDDU) sera appliquée pour les contrats conclus à compter du 1er janvier 2020, afin de lutter contre l’emploi précaire. Cette taxe sera collectée par les URSSAF ou les MSA.

- Dispositif expérimental depuis le 1er avril 2018, les emplois francs seront généralisés à tous les quartiers prioritaires de la ville (QPV) à partir du 1er janvier 2020.

- La déduction forfaitaire spécifique dont bénéficient les entreprises de certains secteurs (comme le BTP, l’aviation, le nettoyage, etc.) sera réduite dès le 1er janvier 2020. Cet abattement permet de profiter d’un abattement des charges sociales.

Photo de Une (illustration) DR

deconnecte