Actualités

Identification

27 septembre 2016

Logement : roquebrune-cap
profil
EDITEUR
Les Petites Affiches

Un contrat passé avec l’Etat va permettre d’ici la fin 2019 de construire
des logements neufs à coût accessible pour les actifs et les jeunes de la commune

Le contrat de mixité sociale de la commune de Roquebrune-Cap-Martin a été signé ce mercredi par Véronique Laurent-­Albesa, sous-­préfète "Nice­-Montagne", en présence de Patrick Césari, maire de la commune littorale et président de la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française (CARF) et de Serge Castel, directeur départemental des territoires et de la mer.
Ce contrat est proposé aux communes n’ayant pas assez de logements sociaux. Il est l’aboutissement d’un partenariat entre l’État et la collectivité. Il répond aux dispositions de l’instruction interministérielle adressée le 30 juin 2015 aux préfets afin qu’ils utilisent tous les outils de la loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU) du 13 décembre 2000, modifiée en 2014, pour faire progresser la mixité sociale dans le logement et en particulier dans les communes des zones dites tendues.
Ce contrat, assis sur une analyse partagée entre l’État et la commune, permet de décliner un plan d’action afin d’infléchir significativement la production de logements sociaux sur Roquebrune-Cap-Martin d’ici à fin 2019. Les constructions permettront aux travailleurs et aux jeunes gens de Roquebrune­Cap- Martin de pouvoir se loger décemment et à un coût raisonnable.
Il y a vingt deux communes "carencées" en logements sociaux dans les Alpes-Maritimes. Parmi elles, Grasse qui a écopé l’an dernier d’une pénalité de 776 000€ pour ne pas avoir montré assez d’enthousiasme à accueillir de nouveaux HLM. L’état a d’ailleurs vendu une parcelle de 3500 m2 dans la cité des parfums pour permettre la réalisation rapide de 60 nouveaux logements sociaux.

150 logements sociaux prévus sur l’ancienne base aérienne

A Roquebrune-Cap-Martin, l’acte de cession de l’ancienne base aérienne inutilisée depuis 2012 et ses 35 000 m² a été signée pour 20 millions d’euros. Un demi millier de logements, dont 150 sociaux « avec vue mer », y seront réalisés.
Les élus dont les villes sont en retard se justifient en évoquant la baisse des dotations de l’Etat, et surtout le manque de foncier à bâtir. Avec 12 646 habitants (en 2013) et une densité de 1 355 hab./km2, Roquebrune est dans ce cas.

deconnecte